top of page

[Interview] Jaypee-Jaypar


Jaypee-Jaypar a sorti son 3ème album chez Grey Cat Records en novembre dernier. Nous avons posé quelques questions à cet artiste Lyonnais au parcours hors norme.


© Jo Tosi

Salut, tu as un parcours assez atypique, peux-tu te présenter ? 


Salut à vous! Je suis Jaypee-Jaypar, chanteur de Blues rock folk, entre autres choses, Poitevin d’origine exilé à Lyon depuis bientôt 6 ans maintenant. ancien guitariste de Hardcore et de Metal (la dernière formation c’était Crawling, de Poitiers, avant que je déménage), j’ai profité de ce changement de région pour un gros virage musical, ça faisait un petit moment que ce projet acoustique solo me trottait dans la tête, donc l’occasion a fait le larron comme on dit.

 

Peux-tu nous parler du choix de ton nom de scène ? 


J’aimerais bien dire que c’est inexplicable avec des mots tellement c’est mystique et profond… Mais ce n’est pas le cas. Mes deux premiers albums autoproduits étaient sous le nom “JP-JPR” (ça vient d’un vieux surnom “Jean-Pierre Jeanpierre”), mais vu que je chante à 90% en anglais, j’en ai eu marre qu’on prononce mon nom à la Française, donc j’ai écrit JP-JPR plus ou moins comme je voulais qu’on le prononce, ça a donné JAYPEE-JAYPAR.



" J’espère bien sûr que mes influences blues, rock et folk sont évidentes et que l’énergie du Metal transpire dans mes compos, c’est le but recherché! "


Tu es issu du metal, maintenant tu joues du blues rock, as-tu été marqué par d'autres genres musicaux ? 


Oui énormément ! J’espère bien sûr que mes influences blues, rock et folk sont évidentes (Leonard Cohen, Johnny Cash, Tom Waits, Bjorn Berge, Seasick Steve,...), et que l’énergie du Metal transpire dans mes compos, c’est le but recherché ! A côté de ça, j’ai plein d’influences qui sont moins évidentes et pour autant présentes, je pense en vrac à HF Thiéfaine, Léo Ferré, le Wu Tang Clan, Cypress Hill, Pink Floyd, Led Zeppelin, Chopin, Wagner,... donc oui, c’est très large!


Il y a 2 titres sur ce nouvel album où l'on sent l'influence du metal, mais est-ce qu'un jour rejouer du metal 'pur et dur' n'est pas exclu ? 


J’ai fait un projet pour le fun avec Baloo (ex chanteur de Crawling) il y a quelques temps, ça s’appelle Calvaire, et c’est du pur Black/Death épique, on a juste enregistré une démo entrecoupée de passages symphoniques, dispo gratuitement sur Bandcamp, sans aucune autre ambition, je recomposerais dans cette optique avec plaisir si le temps me le permet ! Avec Jaypee-Jaypar, je doute fort que je refasse du Metal “pur et dur” mais qui sait, avec le temps, pourquoi ne pas travailler mes morceaux en groupe, pour donner une couleur Stoner/Heavy Rock, l’idée ne me déplairait pas!


Quel était ton état d'esprit au moment d'écrire cet album ? 


Tout est dans le titre : Meet me Again, pour mes deux premiers albums, je bossais à côté, en tant qu’ambulancier, donc c’était impossible au vu de mes horaires d’organiser des concerts ou des tournées. Quand j’ai composé Meet me Again, la question, c’était “Qu’est-ce que tu veux faire de ta musique? continuer à composer dans ton salon, et faire 3 dates par an, ou essayer de le faire à 100% et d’en vivre?” On a beaucoup discuté de ça avec ma femme, des sacrifices que ça implique, et elle m’a encouragé à fond dans cette voie, c’est super important, et je ne la remercierai jamais assez pour ça ! 



Quel est ton processus d'écriture et de composition ?


Je compose toujours la musique d’abord, à partir d’une vague idée (est-ce que je veux faire un morceau calme et profond, ou un truc qui envoie du bois), je pose les textes ensuite, en fonction de ce que m’inspire la musique. Pour Meet me Again, je parle beaucoup de sentiments, ou d’états d’esprit, Tale from a dying man parle de solitude, City of lights de nostalgie, Meet me Again ou Why Should I de détermination, William the Grey d'égocentrisme, Dansons parle d’amour (dans la langue de Molière),... En fait cet album est le premier qui a un fil conducteur comparé aux deux autres où j’enregistrais dès que j’avais 10 morceaux.


3 mots pour décrire ta musique ?


Roadtrip, évasion, liberté ! Ca me semble pas mal.


Y a t il des artistes avec lesquels tu aimerais collaborer un jour ? 


Bah oui, mais ils sont morts ! (rires) Plus sérieusement, je co-écris en ce moment un morceau avec mon pote Zacharie (qui a réalisé le clip de City of Light). Après y’a des rêves bien sûr : collaborer avec Einar Selvik, de Wardruna, faire un boeuf avec Bjorn Berge, ou avec Seasick Steve ! Bon c’est beau de rêver, mais c’est important !



" tourner en France, puis en Europe dans les 3 ans à venir, ce sont les objectifs que je vise "


Qu'est-ce qu'on peut te souhaiter pour la suite ? 


Un copier/coller ! “collaborer avec Einard Selvik, de Wardruna, faire un boeuf avec Bjorn Berge, ou avec Seasick Steve! “ Mais pour être réaliste, rayonner de plus en plus loin, tourner en France, puis en Europe dans les 3 ans à venir, ce sont les objectifs que je vise sur le moyen terme, et j’espère vraiment y arriver, en sachant que ce sera dur.


Un coup de coeur musical en ce moment ? 


Oui, Colter Wall, le morceau The Devil wears a suit and tie. C’est un artiste canadien qui doit avoir 24 ou 25 ans, mais je me suis pris une très grosse claque. Il fait un espèce de Blues country entre Johnny Cash et Eddy Vedder, et pour son âge il a une maturité dans sa voix très impressionnante (je le soupçonne même d’avoir commencé à boire et à fumer 20 ans avant sa naissance).


© Jo Tosi

Quel est ton tout premier et ton tout dernier album acheté ?


Thierry Hazard Le Jerk, en cassette, mais ça ne compte pas j’avais 9 ans, donc plutôt Biohazard State of the World Address (en vrai je ne sais plus, mais pour le jeu de mots c’était cool, mais c’était sûrement ça, ou Vulgar display of Power de Pantera, ou Arise de Sepultura).


Y a t-il un ou des artistes que tu as vu sur scène et qui t'a (ont) marqué particulièrement ?


Oui, Clutch, gros charisme, grosse claque, grosse ambiance ! Dans un autre style, Nasum, c’était de la pure énergie ! Je regretterai toujours de n’avoir jamais pu voir Pantera, mais là c’est un peu mort pour le coup.


Quel est le dernier concert auquel tu as assisté ?


En tant que public, c’était Delgres (un blues rock original avec un chant créole et des musiciens virtuoses) et They Call Me Rico, un autre exilé arrivé à Lyon, comme moi sauf qu’il vient d’un peu plus loin, il est québécois, j’adore son énergie en one man band ! J’ai d’ailleurs la chance de beaucoup bosser avec la même structure que lui, BAAM Productions (je salue Cédric au passage !).


Et maintenant le mot de la fin.


Déjà Merci à vous ! Puis un mot pour les lecteurs, car on ne le dira jamais assez : il faut aller voir des concerts, supporter la scène locale, les assos, les bars et tous les organisateurs, c’est là que ça se passe, qu’on discute, qu’on échange, qu’on partage, pas sur Youtube ou sur les réseaux sociaux ! Les artistes ne sont rien sans le public !





Pour lire notre chronique de l'abum :



Pour plus d'infos :



Concerts :


- 29 février : Le Moulin à Paroles, Méounes-lès-Montrieux (83)

- 9 février : Bar de l’hotel le Fitz Roy, Val Thorens (73)

- 19 mars : La Moustache, Chauvigny (86)

- 20 mars : Festival Terri’Thouars Blues, Thouars (79)

- 22 mars : Bar de l’hotel le Fitz Roy, Val Thorens (73)

- 5 avril : Bar de l’hotel le Fitz Roy, Val Thorens (73)




134 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page